Inhumation et crémation, quelles différences ?

Lorsqu’un proche décède, la famille doit organiser ses obsèques. Si le défunt n’a pas évoqué de son vivant comment il allait être enterré, c’est au devoir de sa famille de choisir entre l’inhumation et la crémation. Cette décision n’est toutefois pas simple à prendre. Pour y voir plus clair, il peut être utile de savoir les différencier et comprendre de quoi il s’agit réellement.

Inhumation : le fait d’enterrer le corps du défunt dans un cercueil

L’inhumation reste jusqu’à aujourd’hui la pratique funéraire la plus pratiquée dans la majorité des cultures. Celle-ci consiste à placer le corps du défunt en terre et de réaliser par la suite une sépulture à sa mémoire. Elle se déroule le plus souvent dans un cimetière. Il peut s’agir ici de celui de la commune où le défunt résidait ou du cimetière où se trouve le caveau familial. En métropole, l’inhumation doit se faire au plus tard 6 jours après le décès et pas avant 24h. Un médecin ou un officier d’état civil doit réaliser un constat pour confirmer la mort avant que les proches puissent entamer toute procédure. Une autorisation est d’ailleurs requise. Celle-ci est à demander auprès de la commune choisie par le défunt ou sa famille. Par ailleurs, il est important de noter que le cadavre peut être enfoui directement dans le sol soit dans un cercueil le contenant. Cela dépend des possibilités financières de la famille.

Crémation : le fait de réduire en cendres le corps du défunt

Contrairement à l’inhumation, la crémation consiste à brûler et réduire en cendres le corps du défunt. Le processus se fait uniquement dans un crématorium. Elle doit également se faire dans les 6 jours et nécessite tout autant l’autorisation du maire du lieu du décès. Il est par ailleurs important de noter que les cendres ne peuvent être gardées chez soi. Les proches sont obligés de les conserver dans un emplacement dédié ou de les disperser. Pour la seconde option, il est nécessaire de s’informer auprès de la mairie quels sont les endroits autorisés pour cela.

Points communs et différences entre inhumation et crémation

Concrètement donc, que le défunt soit dans un cercueil ou dans une urne, il garde son statut de corps. Il peut être déposé dans une sépulture ou inhumée en pleine terre. Il est également possible d’organiser une veillée, une cérémonie ou un service religieux selon les demandes de la famille. Toutefois, pour une crémation, le corps se dégrade beaucoup plus vite. Le prix de ces pratiques n’est par ailleurs pas le même. En effet, l’inhumation revient plus chère.

Comment établi-t-on un certificat médical de décès ?
Comment organiser ses obsèque quand on est une personne seule ?