Que faire si l’on décède à l’étranger ?

Le décès d’un parent ou d’un proche est un événement douloureux et difficile à résoudre. Lorsqu’il survient à l’étranger, le manque d’information sur les démarches à entreprendre peut rendre la situation beaucoup plus compliquée et difficile à gérer, mais il est inévitable qu’il faille y faire face.

Quelle est la première chose à faire ?

Lorsqu’il y a un décès à l’étranger, il y a plusieurs possibilités. Si votre famille ou vos amis se trouvent en France et que vous appreniez la nouvelle par un tour-opérateur ou les médias, vous pouvez contacter le plus rapidement possible le centre de crise du ministère des Affaires étrangères pour vous informer de la situation et des prochaines étapes à suivre. Si vous n’êtes pas au courant de la catastrophe, l’ambassade ou le consulat de France dans votre pays contactera la police ou la gendarmerie locale pour vous prévenir. Si votre famille ou vos amis vivent dans un autre pays, le consulat de France dans votre pays d’origine vous contactera. Que la famille ou les proches du défunt soient présentes, vous devez prévenir les agents consulaires français. Le décès doit être enregistré à l’état civil, et il peut être transcrit sur les registres français à votre demande pour faciliter certaines démarches ultérieures.

Dans le cas d’un meurtre commis hors de l’étranger

Vous pouvez déposer une plainte auprès de la justice française ou de la justice du pays en question. Pour effectuer vos démarches, le Centre de crise peut vous mettre en relation avec les autorités judiciaires compétentes (liste des avocats, associations d’aide aux victimes : Institut national d’aide aux victimes et de médiation, fonds de garantie des actes de terrorisme et d’autres infractions…). L’ambassade ou le consulat de France peut aider à obtenir les documents nécessaires, y compris, le cas échéant, un certificat de décès, un rapport d’autopsie et des rapports de police ; et à obtenir des informations sur les circonstances du décès, le tout conformément à la législation locale ; si la cause du décès est un meurtre, recueillir tous les détails supplémentaires relatifs aux enquêtes criminelles, aux condamnations et aux procédures judiciaires. Si la cause du décès est un suicide, l’enquête sur le décès à l’étranger relève uniquement de la responsabilité des autorités locales (sauf si une procédure judiciaire est engagée en France).

Aide à la santé mentale des familles

La famille doit faire face à la fois à l’annonce du décès à l’étranger et au retour du corps en France. Une aide ou un accompagnement psychologique peut être bénéfique à la famille et aux proches. Comme indiqué précédemment, le Centre de crise vous mettra en relation avec une association locale de défense des victimes. Les pouvoirs publics veilleront à mettre en place, en fonction de la situation, un dispositif de soutien, notamment en vous orientant vers l’organisme d’aide aux victimes ou, dans des circonstances exceptionnelles, en faisant appel à un ou plusieurs psychologues ou psychiatres.

Inhumation et crémation, quelles différences ?
Comment établi-t-on un certificat médical de décès ?